Historique

En 1978, les motards toulousains, comme dans beaucoup d’autres départements, se sont mis, eux aussi, en colère.

Ainsi, grâce à des moto clubs,à des motards indépendants, mais aussi à des associations comme SOS moto survie de Valence d’Agen, une levée de boucliers massive s’est mise en place contre ce rejet du monde motard. En effet, avec des déclarations de C.GERONDEAU, des projets visant à réduire nos libertés ont vu le jour :

  • l’interdiction des cylindrées supérieures à 750,
  • le durcissement des épreuves du permis,
  • des tarifs d’assurance prohibitifs et dissuasifs,
  • le coup de grâce : la vignette moto,

….Insupportables.

Dans ce climat social, déjà difficile pour les jeunes, le monde de la moto, jusqu’alors amalgame d’individualistes notoires, et de rebelles anarchisants, constitué en association a réagit, vivement et quelquefois brutalement.

C’est sur les ondes de Sud Radio, dans l’émission Sud Motard qu’une voix forte de la colère s’élève par ces mots « En 48 heures, la moto vient de recevoir deux grandes gifles, la réforme du permis et l’instauration d’une vignette… » C’était la voix engagée de Jacques Maggiori qui ne se contenta pas de le crier. Il créé le 17 septembre , S.O.S Moto Survie sur Valence d’Agen, émanant du club officiel de Saint Paul d’Espie et entraîne les motards du sud à faire de Toulouse un foyer de manifestation. Ainsi grâce à des associations de motards, comme celui-ci et Moto liberté sur Lyon, et avec la motivation de motards indépendants le mouvement va construire ces bases dans le « Triangle de la Colère » : Toulouse, Lyon et Paris. Dans la ville rose, plus d’un millier de motards venus de tous les départements du sud Ouest, manifestèrent, pendant trois heures, le drapeau occitan levé.

Deux ans après, le combat contre la vignette était gagné, première étape d’un long chemin dont le ruban irrégulier se déroule encore maintenant. C’est dans ce contexte que toutes les associations se sont réunies, pour créer la …Fédération Française des Motards en Colère.

Sa déclaration au journal officiel de la FFMC Nationale date de 1980. La déclaration en préfecture de la FFMC 31 s’est faite en 1981. A Toulouse, comme à Bordeaux avec le circuit de Mérignac, des rencontres ont eu lieu avec la mairie pour la création d’un circuit en 1979.

Celui ci verra le jour sous le nom de « Circuit Candie ».

Il deviendra le lieu de rendez-vous des motards et, le vendredi soir, jour de la fédé se seront plusieurs centaines de motards qui se réuniront, attentifs à l’évolution des revendications de leur fédé.

En 1979, l’idée de l’assurance moto commence à faire surface dans le milieu de la FFMC.

En 1981, c’est la grande mobilisation pour la souscription nationale afin de réunir les liquidités nécessaires à la constitution du fond d’établissement de notre Mutuelle d’assurance.

En 1983, les fonds sont réunis et les premiers contrats sont signés au Bol d’Or au nom de l’Assurance Mutuelle Des Motards. Sur Toulouse, c’est l’ouverture de la délégation bénévole et les militants fédé deviennent assureurs … Toujours grâce à ces militants de la FFMC 31, en 1985, c’est l’ouverture du bureau sur Toulouse !

Qui aurait pu y croire, à l’époque !!!!

Le circuit Candie devient le lieu de rassemblement pour s’assurer, mais aussi pour organiser le départ des manifestations. D’autres actions, comme par exemples, les journées de sécurité routière avec une douzaine de jeunes, maniabilité du cyclo et le secourisme.

En 1986, le Noël des Motards, avec ses courses de cyclomoteurs et ces nombreuses animations, sera pendant plus de dix ans un véritable succès.
Puis il y eu les Tasses pour un Bol qui ont permis d’emmener des jeunes de 14 à 17 ans de Toulouse au circuit du Castelet, site du Bol d’Or, sur leur cyclos lors d’un périple de 7 jours.
Sans oublier Les Relais Calmos, partenaires réguliers et étapes maintenant ordinaires des motards se déplaçant pour les grands rassemblements nationaux, 24 heures, Bols d’Or, GP de France.

En 2000, Elle vient se renforcer par l’adhésion et la participation active de la Moto Ecole reconnue AFDM (Association de Formation Des Motards).

En 2004, en plus des actions de Sécurité Routière, le doublement des glissières de sécurité devient une réalité systématique en Haute Garonne (continuellement surveillée par les fiches points noirs).

Les stages de perfectionnement de l’AFDM perdurent sur le circuit Candie. L’émission de radio « les Guidons De l’Info » sur Radio Mon Pais, 90.1, vous informe.
Les Journée Haute Garonne – Haute Conduite sensibilisent tous les usagers de 2 roues motorisés.

Le travail de la Commission Sécurité Routière sur le revêtement, les marquages au sol et les plaques d’égouts porte ses fruits. L’activité de la Commission Juridique est de plus en plus importante, permanence le mardi dans les bureaux de la Mutuelle.

La Moto Ecole Reconnue voit son activité s’ouvrir par ses balades écoles. Le bureau de la Assurance Mutuelle Des Motards emploie maintenant 6 salariés et trois bénévoles, porte le nombre de ses bureaux à deux avec le nouveau du boulevard d’Atlanta.
Et, bien sûr, le circuit Candie … qui s’est offert une jeunesse !

La FFMC 31 est présente, et vigilante, sur ce dossier, comme sur tant d’autres, présence discrète, instance consultative, et consultée, des pouvoirs publics, relais omniprésent du monde motard.
Ce ne sont ici que quelques exemples, illustrant la détermination avec laquelle tous les motards de la FFMC 31 ont été et sont capables d’œuvrer, au cours de ces quelques décennies, pour défendre une pratique ludique et sérieuse à la fois, celle de la moto, et permettre à tous de partager, en relative sérénité, un réseau routier de qualité, entretenu et développé au mieux des intérêts de tous. N’oublions donc pas que la FFMC est fille de la solidarité et de la révolte, elle grandit et se renforce à la faveur de cette incroyable passion commune qu’est la pratique de la moto.